pierre sèche et ressource en eau

Un chantier de grande envergure ; quant pierre sèche et ressource en eau ne font qu’un:

    De part sa sédentarisation, l’Homme a du, pour subvenir à des besoins vitaux que sont l’alimentation et l’habitat, aménager son territoire.

eau et pierre sèche
eau et pierre sèche

 

    Aménager pour : 

  • optimiser ses cultures
  • parquer son cheptel
  • contenir un élément aussi vital que destructeur ; l’eau 
  • se relier à ses semblables
  • s’abriter
un paysage aménagé par l'Homme ?
un paysage aménagé par l’Homme ?

 Ces aménagements, l’Homme les a réfléchis en subissant et en observant les facteurs naturels : 

  • facteurs géomorphologiques
  • facteurs pédologiques
  • facteurs climatiques
mur en pierre sèche (granite)
mur en pierre sèche (granite)

 Un aménagement sans précédent:

   Pentes abruptes, ruisseaux à forte déclivité, terres arables rares, pluviométrie annuelle mal répartie autant de contraintes qui ont poussé l’Homme à redessiner et structurer son espace vital. Il se met à bâtir sans relâche avec les matériaux récoltés sur les pentes, des murs pour aplanir le relief et augmenter ses surfaces de cultures, des seuils dans les ruisseaux pour récolter l’eau et les sédiments arrachés des flancs des montagnes après chaque crue, toujours dans le but d’approvisionner en substrats ses nouvelles terrasse de culture. Il bâtit, du fond des vallées aux sommets des montagnes ; il façonne un nouveau paysage au fil des siècles et de ses besoins ; il construit un nouvel écosystème,  un gradin colossal, fait de million de m3 de terrasses, sans liant, à sec. Une œuvre gigantesque, pharaonique, le tout en  pierre sèche.      

 

ouvrage hydraulique en pierre sèche
ouvrage hydraulique en pierre sèche

 

ouvrage hydraulique en pierre sèche( tancat)
ouvrage hydraulique en pierre sèche( tancat)

  Aujourd’hui, les besoins ont changé et ne reste du paysage façonné par l’Homme que des « traces ». Traces qui de par la reconquête des écosystèmes sur des terres à l’abandon, s’effacent de décennie en décennie.

 

   L’impact de cet abandon brutal des terrasses et des seuils sur l’environnement est mal défini. Le passage de l’état de climax d’un milieu organisé par l’Homme durant des siècles, à l’état d’anticlimax rapide a t il des conséquences sur la ressource en eau ? C’est dans cette optique que le projet de grande ampleur « ressource en eau » visant la restauration du patrimoine bâtit pierre sèche sur lequel des membres de Roc and Wall ont travaillé, est né.

construction d'un mur en pierre sèche 

 

 

un "valat" après restauration des ouvrages en pierre sèche

  Le bilan : 

   Suite à un inventaire exhaustif menait sur chaque ruisseau (valat) alimentant le bassin versant d’une rivière Cévenol, le valescure, une carte des ouvrages hydrauliques en pierre sèche fut dressée. De par ce bilan fut dégagé le nombre d’ouvrages, leur taille, leur cubage, leur état de dégradation, la quantité de sédiment retenue.   465 ouvrages hydrauliques furent recensés sur une surface de 4 km2 (Ne furent pas prisent en compte les terrasses de culture dont l’impact sur l’hydrologie et la ressource en eau n’en reste pas moins efficace).

 

 Rôle et  fonctionnement des ouvrages hydraulique en pierre sèche :

sous la forêt, des kilomètres de terrasses en pierre sèche, un patrimoine en sursis
sous la forêt, des kilomètres de terrasses en pierre sèche, un patrimoine en sursis

petit ouvrage en pierre sèche restauré avec sa fosse de dissipation

angle de mur en pierre sèche avec un fruit prononcé

   L’implantation des ouvrages

construction d'un ouvrage en pierre sèche dans un ruisseau

dans le lit des ruisseaux leurs confèrent une place de choix comme piège aux sédiments transportés de l’amont vers l’aval au gré des crues. Ces derniers une fois stockés derrière chaque ouvrage, remplissent deux rôles : 

  • ils ralentissent les écoulements d’eau en provenance de l’amont durant toute leur phase de saturation (prévention sur les crues)
  • ils restituent l’eau lentement (soutient à l’étiage)

 

un escalier "géant" en pierre sèche, un frein pour les pluies torrentielles

     

principe de fonctionnement
principe de fonctionnement

 Quant aux ouvrages en pierre sèche répartis de l’aval vers l’amont du cours d’eau, ils filtrent un à un l’eau qui s’écoule à travers les sédiments et la laisse réapparaître du pied du bâtit à son couronnement suivant la gradation de l’épisode pluvieux.

 

restauration d'un ouvrage en pierre sèche
restauration d’un ouvrage en pierre sèche

  Le chantier : sa problématique, ses étapes  

   De part son ampleur et son aspect novateur, le chantier va être confronté et opposé à plusieurs facteurs difficilement maîtrisables. 465 ouvrages à restaurer, répartis sur 4 km2, sur un territoire abandonné par l’Homme et ou la végétation a repris sa place contre un facteur temps et financier non extensible, un défi de taille pour prouver l’interaction du bâtit hydraulique en pierre sèche sur le soutient d’étiage et l’amortissement des débits de crue.

de mur en mur, l'eau s'écoule. le rôle drainant de la pierre sèche remplit ici toutes ces fonctions.

  Les étapes :

    Tout au long de sa réalisation, le chantier c’est articulé un deux postes principaux régis par deux corps de métiers bien distincts :

                                 – le traitement de la végétation et l’ouverture des sentiers d’accès aux ouvrages à restaurer (équipe de bûcheronnage)

                                 – la restauration du bâtit hydraulique en pierre sèche (équipe de muraillés)

implantation d'un nouvel ouvrage en pierre sèche

 Quelques chiffres sur le chantier : 

  • traitement de la végétation (débroussaillement et forestage) : 4369 ml
  • ouverture et construction des sentiers : 4800 ml
  • nombre d’ouvrage restaurés : 362
  • construction en pierre sèche :4200 m3
  • terrassement des fosses de dissipation :604 m3  

  

construction d'un ouvrage en pierre sèche
construction d’un ouvrage en pierre sèche

Conclusion sur l’interaction des ouvrages hydrauliques en pierre sèche sur les débits de crue et d’étiage : 

   Au terme du chantier de restauration, l’idée que les ouvrages en pierre sèche( tancats) bâtis au fond des ruisseaux (valat) opèrent un rôle bénéfique que ce soit sur les débits de crue et d’étiage semble pouvoir être validée ( le suivi scientifique du chantier fut réalisé par le CNRS). Leur efficacité, toutefois, serait multipliée si le système de gestion hydraulique était maintenu dans son état primaire (avec peu de végétation) et que les anciennes terrasses  de culture adossées aux flancs des montagnes subissaient le même travail de restauration       

 

ouvrage hydraulique en pierre sèche

 

état d’un « valat » après son abandon par l’Homme

 

le même site aprés restauration du système d'ouvrages hydraulique en pierre sèche
le même site aprés restauration du système d’ouvrages hydraulique en pierre sèche

Articles relatifs